Pendergast.fr































L'OMBRE DE LOVECRAFT


Dans l’une de ses réponses à l’interview (cf dans le menu de gauche), Lincoln Child dévoile qu’il a beaucoup lu Lovecraft dans sa jeunesse, qu’il avait peut être été influencé par son œuvre et notamment l’omniprésence des souterrains sombres.

Je ne peux que me réjouir de ce fait. Lors de ma lecture du Grenier des Enfers, j’avais relevé que ce livre était très « barkerien », en référence à l’un des thèmes favoris de Clive Barker : l’existence d’un monde tout à coté du notre et dont nous ignorons tout, jusqu’à son existence. Je ne sais pas du coup si Preston et Child ont lu Clive Barker, mais je trouve extrêmement intéressant que Lovecraft ait été un auteur lu par au moins Lincoln Child.

Parler de thrillers fantastiques au sujet de la saga Pendergast serait exagéré. Il y a néanmoins une présence indéniable du fantastique et les auteurs flirtent avec sans hésiter, en toute liberté : le héros lui-même, tant par son aspect que par son mental et sa force, est quasi-surnaturel. Sa maitrise du mental grace au Chongg Ran, technique ésotérique réservée aux initiés, renforce cela. Dans Relic, la présence de la créature du musée, la référence au chamanisme, l’évocation des démons des Kothogas et l’atmosphère même de l’exposition Superstition font pencher l’histoire vers le fantastique. Il en est de même dans le Grenier des Enfers avec la présence des Hydreux, dans les Croassements de la Nuits avec l’être étrange qui vit sous terre, dans Croisière Maudite et son Agoyzen aux pouvoirs étranges et dans Valse Macabre qui aborde le thème du culte Obeah et de la zombification. Dans la Chambre des Curiosités, un des thèmes du fantastique est aussi au cœur du livre : la recherche de l’immortalité. La Trilogie Diogène et Fièvre Mutante ne présentent pas vraiment d’élément fantastique.

Avant de commencer à étudier l’influence de Lovecraft sur l’œuvre de Preston et Child , il me tient à cœur de rappeler que le véritable fantastique n’est pas ce que l’on trouve actuellement en vente dans les librairies au rayon Fantastique : La bit-lit et autres livres de vampires ou de sorcières sont à classer dans un fantastique particulier : la fantasy ou fantastique médiéval. Le fantastique se caractérise simplement par des évènements surnaturels.

Revenons à notre sujet…

Là où se situe le premier parallèle avec l’œuvre de Lovecraft, le génie de Providence, est que justement la puissance de son fantastique tenait dans le fait qu’il considérait que le diable serait beaucoup plus inquiétant sous les traits d’un réparateur de bicyclette plutôt que sous la forme d’une bête cornue au milieu des sorcières. D’autres auteurs tels que Stephen King et Graham Masterton entre autres, ont utilisé cette approche. Dans l’œuvre de Preston et Child, le musée d’histoire naturelle de New York, batiment respectable par excellence et existant véritablement (sous un autre aspect probablement) devient le terrain de chasse d’un monstre en présence du maire de la ville, du FBI, de stars, d’invités divers, etc, faisant surgir le fantastique dans la vie quotidienne du commun des mortels.

Un autre thème caractéristique de Lovecraft se glisse dans le Grenier des Enfers : Lovecraft aimait décrire l’effondrement intérieur d’êtres lucides et respectables. Il avait une certaine perversité à faire comprendre à ses personnages qu’ils étaient dégénérés (Le Festival, Le Descendant, L’affaire Charles Dexter Ward, Le cauchemar d’Innsmouth, etc). Lovecraft reproduisait en quelque sorte le péché originel en souillant des êtres innocents. Dans le Grenier des Enfers, Gregory Kawakita se transmute et se repend de son crime dans le journal intime que retrouve Margo Green. Le docteur Frock, respectable et talentueux universitaire, archétype de l’esprit supérieur, bascule aussi du coté obscur. L’ombre de Lovecraft se perçoit aussi dans l’aspect même des Hydreux, d’allure reptilienne, tels que l’étaient les descendants de « Ceux du Dehors ».

Dans la Chambre des Curiosités, c’est le thème de la recherche de l’immortalité par Leng qui évoque Lovecraft, et notamment la non-mort de son héros, Charles Dexter Ward en sa qualité d’adepte d’un culte secret. Cette idée est également au centre de la résolution de l’intrigue du Grenier des Enfers.

Lincoln Child dit que le fait que beaucoup de leurs personnages évoluent sous terre vient de Lovecraft. En effet, dans la mythologie créée par Lovecraft, les Grands Anciens se sont rebellés contre leurs créateurs, les Anciens Dieux et ont été bannis soit dans les espaces extérieurs (les étoiles), soit dans les espaces intérieurs : le fond des mers et les entrailles de la terre. C’est probablement ce à quoi a fait allusion Lincoln Child dans sa réponse. Les Hydreux ont trouvé refuge dans les galeries du Grenier des Enfers, profondément enfoncées sous terre ; La créature des Croassements de la Nuits vit dans un dédale souterrain à l’atmosphère oppressante ; Wren, l’ami de Pendergast évolue aussi dans un endroit souterrain, sous la bibliothèque ; Constance vit cachée dans les grottes et souterrains sous la maison de Leng ; l’anachorète de la Croisière Maudite vit aussi en sous sol ; et que dire des oppressants souterrains du Musée dans Relic…. Ce thème se retrouve aussi dans Le Piège de l’Architecte dans lequel l’action se déroule dans des souterrains à demi immergés, et des tunnels sont laborieusement creusés dans Ice Limit pour retirer une météorite des entrailles de la Terre.

L’œuvre solo des auteurs évoque aussi un thème cher à Lovecraft : Lovecraft a réinterprété le passé de l’humanité dans le but de mettre en œuvre un fantastique cosmique : Toute sa mythologie est en rapport avec une civilisation supérieure à la notre, d’origine extra-terrestre et qui aurait vécu sur la Terre bien longtemps avant nous. De plus, une des caractéristiques du fantastique créé par Lovecraft est qu’il dépasse le cadre des tragédies individuelles pour atteindre des populations entières (notamment celle de Dunwich) voire de la planète entière. Ces éléments se perçoivent clairement dans l’œuvre solo de Lincoln Child, Deep Storm, mais aussi dans le tout récent Impact de Douglas Preston (encore que dans ce livre, ce soit Mars qui est abrité des extra-terrestres il y a des millions d’années, mais la menace de la Terre est bien là.)

Je voudrais terminer cet exposé par un dernier élément troublant, qui est probablement le fait du hasard, mais qui existe bel et bien :

A la faveur d’une histoire, Le Festival, écrit en 1923, la saga des Grands Anciens déménage et prend place….dans les bayous de la Nouvelles Orléans.



Howard Phillips Lovecraft est né le 20 aout 1890 à Providence, et est décédé le 15 mars 1937.