Pendergast.fr































11 - LABYRINTHE FATAL

labyrinthe fatal

Titre original : Blue labyrinth

Année de parution : 2014

Traducteur : Sebastian Danchin


4ème de couverture :

New York. Soirée paisible au 891 Riverside Drive, la résidence secrète d'Aloysius Pendergast, jusqu'à ce qu'un inconnu sonne à la porte. Le temps d'ouvrir, il a disparu. Mais au sol gît un corps, celui d'un proche...
L'autopsie révèle une surprise de taille. Dans l'estomac du défunt se trouve une turquoise issue d'un gisement de Californie. Pendergast décide de partir à la recherche de la mine d'où provient la mystérieuse pierre.
Mais sur place, on lui a tendu un piège.
Une nouvelle fois, Pendergast va devoir regarder la mort en face....

Avis des lecteurs : (1 avis)

Le cru 2015 de la cuvée Pendergast est un cru de choix.... C'est un retour à la source même du personnage dont on s'était éloigné depuis la trilogie Helen qui nous offrait un Pendergast assez proche de James Bond. Pendergast le mystérieux est de retour, sa famille étrange revient sur le devant de la scène et le passé s'invite dans le présent à un degré extrême. Des personnages délaissés depuis longtemps reviennent également pour notre plus grand plaisir ainsi que des lieux riches en souvenirs : Le muséum d'histoire naturelle distille son ambiance unique, son coté sombre et devient par sa présence implacable, un personnage à part entière du roman.
La mythologie Pendergast est considérablement enrichie par cet ouvrage : Nous apprenons beaucoup sur l'étrange famille et ses démons, des lieux sont décrits avec une grande précision, tel que les souterrains de la maison de Riverside Drive qui pourraient être dessinés.
Des personnages anciens reviennent, les récurrents sont présents, d'autres sont laissés de coté... Nous connaissons le plaisir qu'ont Douglas Preston et Lincoln Child à jouer avec leurs personnages auxquels tout peut arriver (Rappelons nous de Valse Macabre....). Parmi les révélations attendues, Constance confirme son importance. Elle se révèle dans ce livre alors même que Pendergast n'est pas en état d'agir, confirmant le coté diamant brut du personnage. Elle se révèle dangereuse, extrêmement dangereuse, autant que Pendergast peut l'être lui même....
Ce livre est véritablement le lien qui manquait entre la trilogie Diogène et la trilogie Helen. Il manquait vraiment et Douglas et Lincoln ont trouvé les mots pour nous l'offrir.
Un excellent opus qui pourrait être la fin des livres de Pendergast tant il est abouti, mais qui laisse néanmoins une ouverture laissant présager d'autres aventures.(Catherine B.)