Pendergast.fr































INTERVIEW EXCLUSIVE DE LINCOLN CHILD


J’ai eu l’immense chance d’être contactée par les Editions l’Archipel, éditeur français de Douglas Preston et Lincoln Child. Ils m’ont proposé, à l’occasion de la sortie de Fièvre Mutante en mai 2011, de poser quelques questions à Douglas Preston et Lincoln Child. Cela a été un immense privilège. C’est certainement le rêve de tout fan, j’ai eu la chance de le réaliser. J’adresse un très grand merci aux Editions l’Archipel.

Many american fans of Pendergast come on my website(from DP and LC official website). It’s a pleasure for me to copy, after the French text, the Lincoln Child original answers. Welcome on Pendergast.fr !! Voici donc les questions que j’ai souhaité leur poser, c’est finalement Lincoln Child qui a répondu :

Pendergast a un physique hors norme (tenue vestimentaire, cheveux blond très clairs, yeux très clairs, grande taille, etc.). Qu’est ce qui vous a inspiré pour cette apparence particulière ?
Lincoln Child : Le look de Pendergast a différentes origines- les représentations classiques de Sherlock Holmes entre autres- mais pour moi, il y a une image qui revient tout le temmps dans mon esprit : celle du personnage joué par Christopher Walken dans le film « Les chiens de guerre ».

Relic avait été adapté au cinéma, mais seul d’Agosta était dans le film. Aimeriez-vous voir Pendergast au cinéma ? quel acteur aimeriez-vous dans ce rôle ?
LC : Les gens nous posent cette question à chaque séance de dédicace. Ce qui est drole, c’est qu’il n’y a aucune bonne réponse, parce qu’au fil des années, les « candidats » au role vieillissent et de nouveaux acteurs prennent leur place dans l’esprit du public.

Bill Smithback a risqué la mort dans Les sortilèges de la cité perdue , a été torturé horriblement dans la Chambre des curiosités et est finalement tué dans Valse macabre. Vous ne l’aimiez pas ?
LC : En réalité, Doug et moi aimions bien Smithback-A certains égards, nous l’avons imaginé, à tort ou a raison, un peu comme nous. Mais finalement, nous avons décidé que le pauvre garçon avait assez souffert. Il a quitté la scène pour de bon. Mais nous espérons que sa mort ne sera pas un gaspillage : Les lecteurs devront envisager le fait que si un héros aussi « ancien » que Smithback peut partir, alors, il y a peut être d’autres personnages qui risquent de disparaitre aussi. .

Pendergast ne serait pas tel qu’il est sans Diogène, son frère. Diogène est-il vraiment mort ?
LC : Un point intéressant et une bonne question. La vérité est que nous pensons qu’il est mort…mais nous n’en sommes pas sur à 100 %.

Etes-vous agacés quand on dit que Pendergast à des points communs avec Sherlock Holmes ? l’œuvre de Conan Doyle vous a-t-elle marquée ?
LC : Ce serait faux de dire que nous n’avons pas été influencé par Holmes. Mais personnellement, je n’ai lu qu’une ou deux nouvelles de Doyle lorsque nous avons créé Pendergast. Pendergast a de nombreux autres modèles, parmi lesquels, pour ma part dumoins, les aventures de « The thinking machine » de Jacques Futrelle, et Alastair Sim qui joue le rôle de l’inspecteur Cockrill dans le célèbre film anglais « Green for danger ». Bien sur, nos deux imaginations conjointes rajoutent des éléments extravagants.
(voir dans la section « son physique » pour les photos de ces personnages)

Dans toute votre œuvre, des personnages évoluent sous terre, dans des grottes, dans des souterrains. Certains y vivent même. Pourquoi cette fascination pour ce monde caché ?
LC : J’ai beaucoup lu Lovecraft lorsque j’étais jeune et peut être que son obsession des endroits souterrains et sombres m’a influencé. Je suis également claustrophobe et j’écris sur ce qui m’effraie.
(Voir dans la section « L’ombre de Lovecraft » pour l’analyse de cette déclaration)

Fever dream sort en France le 4/5/2010 et va parler de la mort d’ Helen Pendergast. Découvrirons-nous un autre coté sombre de Pendergast ?
LC : Dans Fever dream, Pendergast va recevoir la plus choquante révélation de sa vie d’adulte. Il est très très profondément affecté. Pendergast devra faire face à ses démons dans ce livre et dans les 2 suivants comme jamais dans aucune autre histoire.

Gideon, votre nouveau héros, plaira-t’il aux fans de Pendergast ? Allez-vous continuer à faire vivre les 2 personnages ?
LC : Nous espérons qu’ils apprécieront Gideon. Il est plus jeune que Pendergast, il est amateur de cuisine française ( !), est un peu voyou, est un séducteur, est un ancien voleur de tableau mais son cœur est aussi grand que l’ocean. Oui, nous envisageons d’écrire plusieurs livres mettant en scène Gideon et Pendergast séparément, au ryhtme de 1 par an.

Deux de vos personnages, Tom Broadbent, l’héritier-aventurier héros de Codex, et Wyman Ford l’ex agent de la CIA héros de Credo se rencontrent dans T-Rex . Pendergast les rencontrera-t’il un jour ?
LC : Je ne peux pas parler pour Douglas Preston, mais nous avons pour règle que les personnages de nos livres écrit en solo ne se mélangent jamais aux personnages des livres que nous écrivons à deux.

Les héroïnes féminines tiennent une place capitale dans votre œuvre. Elles sont toujours très fortes, brillantes, scientifiques, commissaires de police, capitaines de navire, etc. Est-ce un hommage que vous rendez aux femmes ?
LC : Nous sommes impressionnés par les femmes de caractère et nous trouvons qu’elles font de bons personnages. Il n’y a pas de raison qu’elles ne soient aussi fortes, ou même plus fortes que les personnages masculins qu’elles rencontrent. Les histoires sont plus intéressantes et plus crédibles ainsi.

A la fin de croisière maudite, Constance semble promise à un avenir extraordinaire. Raconterez-vous ça dans un prochain livre ?
LC : Constance est vraiment l’un de mes personnages favoris et vous pouvez être certains qu’elle aura sa place dans les Pendergast à venir. Toutefois, dans le futur proche, je pense que les lecteurs trouveront qu’elle aurait mieux fait d’éviter le role qu’elle va tenir…

Certains personnages de la saga pendergast sont les héros d’autres livres : Nora Kelly et Bill Smithback dans Les sortilèges de la cité perdue, Eli Glinn dans Ice limit. D’autres personnages seront-ils un jour les héros d’un livre ?
LC : Nous aimons vraiment faire passer les personnages de la saga vers les univers de nos autres livres. Nous avons fait ça pour la première fois avec William Smithback dans Les sortilèges de la cité perdue. Plus nous écrivons ensemble, plus il semble que le temps et les actions des personnages se mêlent. En fait, je pense que les deux seuls livres qui n'ont pas eu d’apparition de leurs personnages dans d’autres livres sont "Mount Dragon" (Cauchemar génétique) et "Riptide" (Le piège de l’architecte).




Lincoln Child answers:


Pendergast has an extraordinary look (clothes, very light blond hair, very pale eyes, he’s very tall…) From what have you drawn the inspiration of this particular look ?
LC : Pendergast’s look had many sources—archetypal images of Sherlock Holmes, for example—but for me, one very arresting and persistent image was the character played by actor Christopher Walken in the action movie ‘The Dogs of War.’

Relic has been adapted for the cinema, but it was only featuring d’Agosta. Would you like to see Pendergast in a movie ? Which actor could play the role ?
LC : People ask us this question at almost every book signing. The funny thing is that there is no one correct answer, because as the years go on, the earlier ‘candidates’ for the part grow too old and new ones constantly take their place in readers’ imaginations!

Bill Smithback risked his own life in Thunderhead, has been tortured in The Cabinet of Curiosities and has finally been killed in Cemetary Dance. Didn’t you really like this character?
LC : Actually, both Doug and I really liked Smithback—in some ways we imagined, rightly or wrongly, he was rather like us. But ultimately we decided the poor fellow had suffered enough. There didn’t seem to be anything more we could do with him—so he left the stage for good. But we hope his death wasn’t a waste: after all, readers should perhaps consider—if this could happen to a longstanding character like Smithback, which other characters in our novels might also be at risk?

Pendergast ne serait pas tel qu’il est sans Diogène, son frère. Diogène est-il vraiment mort ? Pendergast wouldn’t be the man we know without the influence of his brother Diogene. Is Diogene really dead ?
LC : A good point, and a good question. The truth is, we think so…but we’re not 100% sure.

Are you irritated when people say that Pendergast has a lot of in common with Sherlock Holmes ? Has the work of Conan Doyle leaved its mark on you ?
LC : We would be dissembling if we claimed we weren’t influenced by Holmes. But personally I’d only read one or two novels by Doyle at the time we first created Pendergast. Pendergast had numerous other archetypes, including (for me, anyway) Jacques Futrelle’s ‘The Thinking Machine’ stories and Alastair Sim as Inspector Cockrill in the great old English mystery film ‘Green for Danger.’ And of course our own two imaginations, which tend to play off each other quite extravagantly.

Throughout your work, people are in tunnels, undergrounds or caves. Some of them are living there as well. Why are you so fascinated by these hidden worlds ?
LC : I read a great deal of Lovecraft as a youth, and perhaps I was influenced by his own obsession with dark subterranean places. I’m also claustrophobic, so I write about what scares me personally.

In France, Fever Dream will be released on May the 4th and will be about Helen Pendergast’s dead. Will we discover another dark side of Pendergast ?
LC : In Fever Dream, Pendergast uncovers perhaps the most shocking revelation of his adult life. And he is deeply, deeply affected by it. Never before in our novels has Pendergast had to confront his personal demons as he must in this book, and in the two books that will follow it.

Will Pendergast’s fans like your new hero Gideon ? Will the two fellows still appear in your novels ?
LC : We hope they will like Gideon. He’s younger than Pendergast, a lover of French cuisine (!), a bit of a rogue, a charmer, an ex art thief, but with a heart as big as the ocean. And yes, we plan to write many more books featuring Gideon and Pendergast—hopefully, books featuring each of them (separately) once a year.

A couple of your characters – Tom Broadbent, the heroe and heir of Codex, and Wyman Ford, the ex-CIA agent of Blasphemy, meet each other in Tyrannosaur Canyon. Will they meet Pendergast as well ?
LC : I can’t speak for Doug Preston definitively on this, but we have a standing rule that the characters in our solo novels don’t overlap with the characters in our joint novels.

The women, as heroines, have a major role in your work. They are always strong or brilliant; they are scientists, inspectors, captains, etc. Is it a kind of tribute to women?
LC : We are impressed by strong women, and we find they make great characters. There’s no reason they shouldn’t be as strong as, or stronger than, the male characters they interact with—the novels are more interesting, and more believable, that way.

In the end of The Wheel of Darkness, Constance seems to be promised to a marvelous future. Will you next write a book telling this story ?
LC : Constance is a great personal favorite of mine and you can be assured she will play a role in the Pendergast books to come. However, in the immediate future, I think readers will find that her role is one she might rather have avoided!

Some characters of the Pendergast saga are the heroes of other books: Nora Kelly and Bill Smithback in Thunderhead, Eli Glinn in Ice limit. Will some other characters of the saga be the heroes of a book?
LC : We really enjoy ‘cross-pollenating’ characters of certain books into the worlds of our other novels. This first started, as you mention, with Smithback in ‘Thunderhead.’ The more books we write together, the more they seem to grow into a kind of ‘metaverse’ in which time and action become increasingly blended. In fact, I think the only two books that have not had their characters join into the greater whole have been ‘Mount Dragon’ and ‘Riptide.’