Pendergast.fr































6 - CROISIERE MAUDITE

Croisière maudite

Titre original : The wheel of darkness

Année de parution : 2007

Traducteur : Sebastian Danchin



Résumé :

Après les aventures narrées dans la trilogie Diogène, Constance Greene et Pendergast se retire dans un monastère au Tibet. Là, ils apprennent qu’une précieuse relique a été dérobée aux moines et l’agent du FBI se voit confier la mission de la ramener en lieu sûr, car elle serait, selon la croyance, dotée d’un pouvoir surnaturel et potentiellement dangereux. La poursuite de l’objet les amènent sur un palace flottant dont la traversée devient un cauchemar.

Avis des lecteurs (2 avis) :

Voilà, je viens de terminer le neuvième opus de la série, et, une fois de plus, j'ai adoré cette histoire. Certes, les talents de déduction de Pendergast ne sont pas mis à aussi rude épreuve que dans les autres romans, mais sa force psychologique, oui ! Bien que l'action se déroule essentiellement sur un paquebot, il n'y a guère de temps morts. Elle débute et se termine chez les moines tibétains, dont la sagesse ancestrale permettra à nos deux héros de se sortir de situations plutôt complexes. (Sonia M.)



Dans ce livre, point de d’Agosta, de Hayward, de Smithback. L’enquête menée ici se fait à deux, Pendergast et sa protégée, Constance à l’occasion d’un voyage initiatique. Plus léger dans son ensemble que certains des ouvrages de la série, ce livre nous offre tout de même d’agréable moment de dépaysement dans un temple bouddhiste puis sur un paquebot de luxe. Ceux qui ont déjà eux la chance de faire une croisière ne manqueront pas de reconnaitre beaucoup de choses dans la vie sur le bateau telle qu’elle est décrite ; Ceux qui n’en ont jamais fait pourront se fier aux sensations décrites pour se faire une idée. L’histoire racontée fait partie du domaine du fantastique contrairement aux autres enquêtes de l’inspecteur, qui, si parfois elles frisent le surnaturel, ont toujours été ramenées dans la réalité.
Ceux qui apprécieront pourront découvrir un livre de FP Wilson, La Tombe qui fait appel à d’autres entités mais plonge aussi le lecteur dans une ambiance d’aventure ésotérique.
Comme toujours chez Lincoln et Child, un personnage féminin est mis en avant ; Celui-ci fait la part belle à celle qu’on croyait timide, Constance. Le personnage éclate littéralement dans cette aventure. Cette évolution du personnage démarrée à la fin du livre des trépassés est d’ailleurs un peu trop rapide à mon gout. Fini le personnage d’un autre temps, réservé, neurasthénique, hypercouvé par Pendergast qui essaie de lui « raconter notre monde actuel », limite autiste car refusant tout contact potentiellement traumatisant avec l’extérieur et se cachant dans une grotte secrète à la moindre alerte. Place à une femme de caractère à l’aise sur un paquebot de luxe (on passe d’un extrême à l’autre), légèrement décalée tant elle est cultivée, mais sans plus. L’accélération est un peu abrupte. Si on peut accepter la Constance telle qu’elle est à la fin du livre des trépassés (jamais sortie mais prenant l’avion pour l’Europe et se débrouillant sans problème) en la considérant mue par l’instinct de vengeance, on a plus de mal à la voir à l’aise en société, trouvant tout cet aplomb pour mener son enquête. Sauf si, bien sur, les auteurs l’ont voulue comme Pendergast lui-même, mi ange, mi démon, cachant bien son jeu. L’extrême fin apporte une surprise ; On se demande bien comment cela va se passer si le personnage de Constance est repris par la suite.
Un roman bien agréable, à découvrir, apportant tout de même peu d’éléments à la mythologie de Pendergast, mais néanmoins d’une qualité inférieure aux autres à mon gout.(Catherine B.)